Murmures

Colecciones visuales de Lambertov

Text

Colecciones visuales de Lambertov

Text

Colecciones visuales de Lambertov

Text

Colecciones visuales de Lambertov

Text

Herve Ryssen
hace 34 minutos
Acciones

Nous recevons cette analyse de "Seb" :
a propos de "Blade Runner 2049", qui est trĂšs riche en parallĂšles avec la mythologie du peuple juif...

A l’écriture on trouve 2 personnes, dont Michael Green qui est un producteur, et scenariste juif, Ă©tudiant du Talmud, selon Le Hollywood Reporter (Green grew up just north of the city, in Westchester County's Mamaroneck, where he spent his childhood studying the Talmud at a Jewish religious school that his Israel-born mother insisted he attend.)

Blade Runner 2049, c'est donc en arriÚre plan l'histoire d'un peuple esclave, les "réplicants", qu'on peut identifier facilement grace a un tatouage (pas sur le bras, mais sur la paupiÚre). C'est en premier plan l'histoire de l'apparition de son messie, et de sa libération.

Le film commence par la dĂ©couverte que Rachel, une rĂ©plicante logiquement incapable de se reproduire - donc stĂ©rile, comme la Rachel de la GenĂšse - a finalement, et contre toute attente, eu un enfant et est morte en couche - comme la Rachel de la GenĂšse, (qui est la femme de Jacob, morte en donnant naissance a Benjamin – avant Benjamin, elle fut la mĂšre de Joseph).

Cette naissance, c'est le "miracle" des réplicants, leur secret et leur mythologie.

Pour rappel, dans le Blade Runner de 1982, Rachel est une réplicante qui a été crée par Tyrell, le big boss the la Tyrell Corp qui présentait son business ainsi:

"Commerce is our goal here at Tyrell. More human than human is our motto" (Le commerce est notre but [...]. Plus humain que l'humain est notre devise."

Si ca sonne pas comme du Attali, ca... C'en est mĂȘme du concentrĂ©.

Tyrell tenait le rĂŽle d'un quasi Dieu, dans le vieux Blade Runner. Dans Blade Runner 2049, ce rĂŽle revient au personnage de Niander Wallace.

Wallace est un demi-dieu, plus prĂšs d'une figure proche du Grand Pharaon – il vit dans une grande pyramide. C'est un leader cruel, qui Ă©ventre un rĂ©plicant nouveau nĂ© (taille adulte) comme il se beurre une tartine - son Graal: arriver Ă  crĂ©er des rĂ©plicants pouvant se reproduire eux-mĂȘmes.

C'est pour cela qu'il recherche l'enfant "miracle": pour la dissĂ©quer, l’étudier...etc dans le but de percer le secret de la fertilitĂ© de sa mĂšre, Rachel. Cela pourrait lui permettre de produire et vendre encore plus d'esclaves. C'est donc un grand Pharaon manipulateur, esclavagiste et aveugle, un vrais connard.

L’enquĂȘte pour retrouver l'enfant de Rachel est menĂ©e par un rĂ©plicant, K, qui au court de son pĂ©riple est amenĂ© a croire qu'il est lui mĂȘme cet enfant, puisqu'il se rappelle, dans des souvenirs furtifs, certains Ă©lĂ©ment de son parcours: une enfance dans une vieille usine rouillĂ©, forcĂ© aux travaux comme une autre armĂ©e d'enfant en haillons, cranes rasĂ©s - un vrai camps de travail, quoi. Dans cette vielles usines, inĂ©vitablement, on trouve des fours remplies de cendres et de flammes, dans un desquels K enfant dissimule un petit cheval de bois sur lequel est gravĂ© sa date de naissance.

Tous ces souvenirs ne sont en fait pas les siens. Ce sont des implants de souvenirs de la vie de Ana Stelline qui est l'enfant miraculeuse de Rachel. Le messie est donc une femme qui vie dans une bulle, et dont le boulot est de créer des implants de souvenirs pour les humains et les réplicants. Elle travaille pour Wallace, Tous ces souvenirs sont issues de son imagination, sauf quand elle refourgue ses propres souvenirs, manifestement: ceux du camps de travail est des fours, et de son petit cheval en bois - les souvenirs de son traumatisme originel.

K, chargé par ses souvenirs qui ne sont pas les siens, commence a se présenter sous le pseudonyme de « Joe », abréviation commune de Joseph.

Bref, K, alias « Joe » rencontre dans un premier temps Ana Stelline (sans se douter de qui elle est - elle-mĂȘme ne sait pas qui elle est vraiment). Lors de cette rencontre, elle est en train de crĂ©er un implant de souvenir. Celui d'une petite fille en train de souffler les bougies de son gĂąteau d'anniversaire: 7 bougies - comme la Menorah (chandelier Ă  7 branches, qui ne doit pas ĂȘtre confondue avec la Hanoukkia, chandelier Ă  9 branches), qui est "le plus vieux symbole du judaĂŻsme, mais Ă©galement le plus important bien avant l’étoile de David apparu tardivement". (C'est bien 7 bougies, et pas 6 que l'on voit. Une bougie est lĂ©gĂšrement cachĂ©e par une autre. ScĂšne dans le lien Youtube ci-dessous)

K poursuit son périple, et rencontre une armée clandestine de réplicants révolutionnaires, menées par une leader borgne, Freysa (interprété par une actrice israélienne, Hiam Abbass). C'est une armée souterraine qui veut protéger leur messie a tout prix, y compris en tuant d'autres réplicants.

Le film se fini sur la retrouvaille entre le pÚre répliquant et sa fille Ana (pour rappel, une messie qui s'ignore), dans un moment pouvant rappeler celui ou Joseph et/ou Moise apprennent leurs origines, et ambrassent leurs destins.

Ana est donc une sorte de mix entre Moise, Joseph, et le futur messie juif.

Une autre personne a noté plusieurs liens entre la mythologie juive et Blade Runner 2049, en anglais ici: https://waldville.wordpress.com/2017/10/12/blade-runn..

Bien entendu, le film se termine sur le dĂ©but d'une histoire, celle de Ana. Rien de surprenant donc a ce que le producteur du film, Ridley Scott ait d’ors et dĂ©jĂ  annoncĂ© une suite a ce film.

Ce qui est intéressant avec ce film, c'est qu'il pose les bases d'une histoire de l'apparition du messie. A vous de voir s'il dit autre chose.

https://www.hollywoodreporter.com/features/meet-micha..

7 bougies: https://www.youtube.com/watch?v=E_PIi8tRcCo

Regardez le film "Ex Machina". 3 personnages, Nathan le PDG et génie hi-tech, créateur de Ava la femme robot et intelligence artificielle, et Caleb, 3 noms d'origine hébraique.

Ava signifie "vie" en Hebreux, et est tres proche du prénom Ana dans Blade Runner.

Plein de chose a voir, et a lire dans ce film. Un peu confu, mais cela rejoint certains points abordés dans Blade Runner.

Le messiah Juif sera, on l'a vue, "plus humain que l'humain", aura des Ă©motions plus humaines (Blade Runner), ou sera simplement plus intelligent que l'humain (Ex Machina) et donc en tant que "sauveur" pourra potentiellement etre une intelligence artificielle.

En l'occurence, Ava montre sa superioritĂ© intellectuelle sur Caleb en le manipulant completement: Cf "Par la ruse tu feras la guerre" - 24:6, be-tahbĆ«lƍt ta`aseh lekhā milkhamāh. Je ne dis pas que c'est une vision populaire ou crĂ©dible aux yeux de beaucoup de juifs en dehors de Ray Kurzweil ; c'est simplement ce quĂ­ est suggĂ©rĂ© dans ces films de science fiction.

Cela rejoint surtout votre idée que le Messie ne viendra pas... sauf si il est créé de toute pieces, en tant que produit du tranhumanisme.

Comme il s'agit du theme de création de la vie, il est surement logique qu'Hollywood pioche dans les mythes bibliques de la création de la vie, mais a l'evidence il y a une préférence quant a l'origine des mythes.

Ces films ont cela de particulier qu'ils ne cherchent pas a bouffer du chrétiens, il présentent une allégorie du peupe juif et de son messie comme des creations qui échappent a leur createur, en étant plus intelligentes, plus humaines, les humains étant tout a fait largués, arrivée la fin du film.

bref.

Cordialement.

Seb

Colecciones visuales de Lambertov

Text